mercredi 24 avril 2013

L'immobilier de luxe s'effondre à Paris

Selon le spécialiste de l'immobilier résidentiel haut de gamme, Barnes, le nombre de transactions supérieures à 2 millions d'euros ont plongé de 42% en 2012, entrainant une baisse des prix pour l'instant limitée de 10 à 15%, mais qui s'est amplifiée à partir de Mars 2013.

Le groupe Barnes attribue cette forte chute à l'explosion des exils fiscaux en particulier depuis l'automne 2012.  Il annonce disposer du coup de 3 fois plus de biens de plus de 2 millions d'euros dans son catalogue qu'en janvier 2012.

Les biens immobiliers de haut luxe (le très haut de gamme) ne sont pour l'instant pas touchés, car ils suscitent l'intérêt d'investisseurs richissimes en provenance du Moyen Orient et, fait nouveau de  Chine (ces derniers remplaçant les russes qui délaissent un peu le marché).

Seuls les biens dit de luxe intermédiaires, détenus jusqu'ici par selon Ghislain sur son blog les forces vives de la nation, à savoir les dirigeants de grands groupes ou les créateurs de sociétés en particulier technologiques (start-ups) sont les plus concernés par cet exil fiscal, et donc mettent en vente leurs biens parisiens.  Ils sont en effet au coeur de la tranche de personnes les plus concernées par les récentes mesures fiscales du gourvernement Hollande.


Si vous souhaitez me suivre
Les sites de l'immobilier et Dynimmo  l'immobilier sur Facebook
Dynimmo sur Viadeo

Aucun commentaire:

Publier un commentaire